554

L’amour du français

Un ouvrage touffu, inégal, décousu, mais passionnant. (J’ai lu les 230 premières pages d’une traite.